Résultat(s) de la recherche

40 éléments trouvés

Posts de blog (22)

  • Jésus disait

    Hors série Pierre lui dit : "Puisque Tu te fais l’interprète des éléments et des événements du monde, dis-nous : Qu'est-ce que le péché du monde ?" L'Enseigneur dit : "Il n'y a pas de péché. C'est vous qui faites exister le péché lorsque vous agissez conformément aux habitudes de votre nature adultère; là est le péché." Évangile de Marie Au fond, là, est-ce qu'on ne serait pas capables de se sortir de cette crise mondiale..."en deux coups de cuillère à pot" !?! publie Jean Simon sur sa page d'un réseau dit social. Nous y voilà : « En deux coups de cuillère à pot » Simple, facile, rapide ! « Oui »… dans l’absolu. « Non » dans notre condition humaine. En effet, il ne s’agit plus de rejeter tous les torts sur autrui, d’accuser, de manifester, de se révolter, de se protéger, de se croire juste. Il s’agit de devenir capable de s’aimer tel que l’on est ; un fatras d’empêchements Habité d’EspritAmour. Et à partir de là, oeuvrer à soi-même pour la bonification de l’humanité, et cela, quoi qu’il en coûte à soi-même et seulement à soi-même. C’est l’extra-ordinaire « Don de Soi », le « sur la Terre comme au Ciel » qui ne se résout pas en multipliant les lois coercitives. Parler vrai, dénoncer, expliquer, orienter, initier à la Grâce : oui! Parler vide, culpabiliser, imposer, apeurer, manipuler, séquestrer la Connaissance : non! Et puis…quelle cuillère, ou plutôt quelles cuillères ? Quel pot ? En fait, un seul pot commun pour d'innombrables cuillères. Si nous restons bruts de chez brut de pot, nous stagnons avec, en outre, la possibilité de fabriquer ferme de l’enfer. Si nous nous laissons initier à la Grâce, être polis (de polir), une faille se crée, le sens apparait, et nous ouvrons la voie au paradis sur la terre. Heureux les affligés ! (les polis, les en-taillés, les labourés) Le brut ou les 7 péchés capitaux Ceux-ci sont autant de maladies et de malfaçons d’une vie privée de sagesse —Pour ceux qui sont devenus allergiques au terme « péché », je précise que ce mot est d’origine hébraïque et qu’il y signifie « manquer le but », c’est ainsi que j’utilise plutôt les termes « empêchement, déviance et déviation ».— En effet, « toute déviation est une perversion émotionnelle d’un instinct naturel qui ne trouve pas l’accomplissement qu’il souhaite. ». La grande cuillère à soupe est l’instinct de conservation. Or il arrive qu’un décalage s’opère entre ce que l’individu, dans son instinct d’auto-affirmation, croit être et ce qu’il est effectivement. Les sept péchés capitaux, notamment dans leur portée morbide d’atteinte à la santé corporelle de l’individu, sont le produit de ce « décalage » au cœur de l’instinct de conservation, donc de la vie. Et les découvertes de certains scientifiques actuels, notamment en neuroscience, en physique quantique ou en médecines parallèles, ne disent pas autre chose. Venons-en aux multiples cuillères, leur diversité est étonnante : à cocaïne, à absinthe, à consommé, à caviar, à orgeat, à dessert, à thé … À cocaïne, tel l’orgueil (ignorance déguisée) où la puissance imaginative dépasse la puissance réelle de l’individu en créant ainsi un mouvement non naturel d’instinct de conservation. Déviation perverse de l’instinct d’auto-affirmation, l’orgueil détache l’individu de la vie réelle et le rend malade. Heureux les simples d’esprit ! (les disponibles à l’Esprit Saint, à ce que l’on entend pas avec les oreilles, à ce que l’on ne voit pas avec les yeux) Le « Rescue » universel et gratuit. À absinthe, telle la colère qui justifie bien son étymologie grecque (kolé) « passion bilieuse ». Contrairement à la peur, la colère, cette émotion agressive, « voit rouge » : le sang afflue au visage, l’individu est prêt à la riposte. La santé en prend un coup car « l’homme se fait de la bile. », le corps tire la sonnette d'alarme. Heureux les doux ! La cuillère à consommé sert l’envie (> convoitise, jalousie), cette perversion de l’instinct de propriété lui-même prolongation de l’amour de sa petite personne et de l’instinct de conservation personnelle. Le dérèglement produit par l’envie concerne l’éthique du désir, c’est à dire de la vie même puisque « désir » et « pulsion de vie » (éros) sont la même chose. Posséder, possédé. Consommer, consommé. Heureux les affamés et assoiffés de justice ! (voilà la faim et la soif en vérité) Quand la soif de possession n’a plus de retenue, elle se met à utiliser la cuillère à caviar de l’avarice. Il s’ensuit que l’avare se coupe des autres, se retranche en lui, s’imposant parfois une certaine austérité à lui-même et l’imposant toujours drastiquement aux autres, austérité qui va à l’encontre des besoins vitaux. Manger moins que nécessaire, perdre le sommeil, s’enfermer dans l’obsession du vol ou de l’incendie… Heureux les miséricordieux ! (le miséricordieux, lui, est Plénitude.) La cuillère à orgeat de la luxure concerne la passion de la chair et son instinct de reproduction. Une fois de plus, une loi de vie est déviée de sa cible. Le pire, c’est que dans la luxure, le danger est double : pour soi et pour son(ses) partenaire(s). Le danger de cette recherche effrénée de plaisir conduit au complet enferment dans cette recherche (ce qui est déjà un empêchement considérable) qui ne sera alors plus faite que d’escalade puisque, par essence, elle ne peut jamais être satisfaite en matérialité. De là des pratiques contre-nature terriblement destructrices de l’intégrité des victimes ; inceste, viol, pédophilie, meurtre. C’est ainsi que la luxure représente une atteinte majeure à la sainteté de la vie : dans sa nature, dans sa continuité, dans son harmonie. Je tire ici un signal d’alarme car nous en sommes à une époque qui loue toutes les déviances et qui les instaure en normes par tous les moyens pour son…insatiable plaisir déviant. Le plaisir est un cadeau et la joie de la saine sexualité est un don du ciel nécessaire. Rien que le plaisir tout le temps tout de suite est une prison. Heureux les cœurs purs ! (Oui à la Grâce, c’est oui pour toujours sur le chemin épineux) La cuillère à dessert de la gourmandise paraît bénigne alors que nous avons là l’origine de toute une série de désordres de santé physique et donc psychique. Déviance provoquée par les plaisirs de la bouche (goula, en latin), la gourmandise représente un risque permanent pour la santé en raison de l’excès alimentaire : fatigue de l’organisme, risque d’obésité avec tous ses corollaires, et toutes sortes d’engorgements et blocages. Le corps ne peut plus répondre correctement à sa fonction initiale de « conducteur » de conscience, de véhicule d’apprentissage, d’ouvreur de Ciel sur la Terre, de Sel de la Terre. Le Livre des Proverbes conseille la sagesse alimentaire : « Ne sois pas parmi les buveurs de vin, (ni) parmi ceux qui se gorgent de viandes…Car les buveurs et les gourmands s’appauvrissent, et la somnolence fait partie des haillons. » (Prov.XXIII, 11-12). Par toutes les pratiques agro-industrielles et agro-alimentaires, les pays riches ne sont-ils pas tombés dans l’obsolescence programmée de tous les corps sur toute la planète ? Et beaucoup d'individus ont encore des pratiques alimentaires extrêmement mortifères. Heureux les artisans de Paix ! (Intérieure, la sobre ivresse n’a plus besoin de « sucreries » extérieures ou si peu.) De la somnolence à la paresse, « mère de tous les vices » dit-on, il n’y qu’une cuillère à thé. Cette grande accapareuse est le contraire de la méditation qui défend la vie dans sa sacralité. Elle est inaction, dégoût de vie. Le corps tombe en ruine, la santé s’effrite sous l’avalanche des maladies psychiques et somatiques. Les « progrès » technologiques portent en eux un revers de médaille dont il est indispensable d’être conscient afin de pouvoir l'éviter. Ce revers sape le tonus, l’élan et l’inspiration créatrice des hommes. Il les prive d’une de leurs nourritures primordiales ; les relations vivantes entre eux et avec la nature. Il les maintient dans le non-sens par le mensonge. Il fait dévier, il fait s’écarter, il fait se trahir l’homme à lui-même.Tous les peuples sont appelés à remaitriser la technologie en EspritAmour de toute urgence car les avancées dans les domaines de la connaissance du cerveau et des neurosciences permettent à certains personnages endurcis dans leurs cuillères métalliques, de provoquer, pour ce qu’ils estiment leur survie (voire leur immortalité que je qualifierais d’infantile.), peur, tristesse, lassitude et colère favorisant ainsi d’autres penchants nocifs qui « éteignent » littéralement la flamme humaine, la paresse se mue alors en paralyse. Heureux les persécutés pour la justice ! (Ceux qui voient, dénoncent et rejettent le non-sens, le mesonge.) Chaque vie humaine est unique et est un profond mystère. Nul n’est en mesure de juger qui que ce soit. Il n’en demeure pas moins que de par leur adhérence à la nature brute de leur nature, de terribles bourreaux existent et qu’ils en possèdent une grande puissance matérielle. Cependant, celle-ci n’a que peu, voire aucun, impact sur celui qui se donne. Qui se donne d’abord à la peine des deuils afin de devenir disponible à l’EspritAmour puis qui se donne corps et âme à sa vocation personnelle. Cette vocation, par Essence toujours inspirée, ne peut être que transformatrice et salvatrice. Autour de lui, tout peut s’effondrer, il est déjà ressuscité. Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi. (Vivre en vérité révèle la vanité que d’aucuns ne peuvent supporter. Ils s'acharnent alors sur le…lanceur d'alerte.) Et tous ceux-là encore criant « liberté » qui, sans en être conscients, déroulent le tapis rouge à leur esclavage. Lien : L'art ancien de guérir - Docteur L.Schlosser - Éditions France-Empire

  • Dialogues avec l'Ange ≈ Évocations PhotoGraphiques

    page 368 - 2 On entend le grondement du front proche. Tout autour de vous, la destruction. En vous, l'éternel renouvellement, la purification, le don de soi, les noces. N'ayez pas peur ! Rudolf Steiner - Médecine géographique - St. Gallen, 16th November, 1917 https://rsarchive.org/GA/GA0178/19171116p01.html (…) Peu de temps avant de naître, nous sommes imprégnés par un autre être ; dans notre terminologie, nous l'appellerions un esprit Ahrimanique. Ceci est en nous tout comme notre propre âme est en nous. Ces êtres passent leur vie à utiliser les êtres humains pour pouvoir être dans la sphère où ils veulent être. (... ) Ainsi nous traversons la vie de telle manière que nous avons à la fois notre âme et un double de ce genre, qui est beaucoup plus intelligent, beaucoup plus intelligent que nous, qui est très intelligent, mais avec une intelligence méphistophélique, une intelligence Ahrimanique, et aussi une volonté Ahrimanique, une volonté très forte, une volonté qui est beaucoup plus semblable aux forces de la nature que notre volonté humaine, qui est régulée par la chaleur de l'âme (Gemüt). (... ) Et voilà quelque chose est révélé qu'à l'avenir il faut vraiment suivre si la race humaine ne veut pas connaître des entraves sans fin, des horreurs vraiment sans fin. Ce double dont j'ai parlé n'est ni plus ni moins que le créateur de toutes les maladies physiques qui émergent spontanément de l'intérieur ; et le connaître pleinement est une médecine organique, des maladies qui apparaissent spontanément à l'intérieur de l'être humain ne viennent pas par des blessures extérieures, pas par l'homme âme, ils viennent de cet être. Il est le créateur de toutes les maladies qui émergent spontanément de l'intérieur ; il est le créateur des maladies organiques. Et un de ses frère qui n'est pas composé Ahrimaniquement mais lucifériquement est le créateur de toutes les maladies neurasthéniques et névrosées, toutes les maladies qui ne sont pas vraiment des maladies mais seulement des maladies nerveuses, des maladies hystériques comme elles sont décrites Éd. Ainsi la médecine doit devenir spirituelle dans deux sens. (... ) Car certaines choses doivent arriver, des choses qui peuvent même être nocives dans une certaine direction, parce que l'être humain doit être exposé à ce qui est nuisible pour le surmonter et ainsi gagner de la force. L’Évocation PhotoGraphique recueillie le mercredi 13 février 2022 résonne avec "Le couronnement de Marie". Le logion 18 de l’Évangile de Thomas lui fait également écho : Les disciples demandaient à Jésus : Dis-nous quelle sera notre fin ? Là où est le commencement, là aussi sera la fin. Heureux celui qui se tiendra dans le commencement ; il connaîtra la fin et ne goûtera pas la mort. Le petit visage à gauche de l’image ressemble merveilleusement au petit Jésus de Prague. Non seulement la vierge de l’église de Heyd où a lieu le "petit chapelet spontané" chaque mercredi, elle celle de ce Jésus, mais ceci est particulièrement poignant vu la guerre actuelle qui sévit à l’Est et qui nous implique tous. En haut, le visage que j’ai fait ressortir a le même sourire, un sourire de plénitude intemporelle. À bien y regarder,… c'est le même visage, comme s’il y avait continuité entre l’un et l’autre. Continuité entre le terrestre, l’ici et maintenant, et le céleste, le divin de toute éternité. Deux plans en communion. Les deux visages sont couronnés ; l’un a une couronne royale typiquement représentative du pouvoir sur la terre et l’autre a une couronne de facture inconnue, comme immatérielle. Et cette “couronne”, une fois bien contrastée, m’a étonnée. Elle ressemble à un serpent, oui, un serpent. Un serpent dont la tête calme, au-dessus du visage de la “vierge” est tournée vers l’arrière, il scrute le fond bleu. Non seulement il n’est plus menaçant comme toujours représenté dans les illustrations de l’Apocalypse, mais il est protecteur et sublimateur de l’être accompli qu’il couronne. Cette couronne est d'une symbolique époustouflante, nous sommes loin des représentations de couronnes traditionnelles produites par l'intellect formaté. Car tel est le Royaume ! Les représentations du serpent écrasé sous les pieds de la femme sont des représentations émanant d’une vision duelle du monde ; le bien contre le mal, le vainqueur ÉCRASANT le vaincu. Le vainqueur c'est le gentil et le vaincu, le méchant. Le Royaume, les Noces, c’est l’union des contraires ; “Vous, soyez simples comme la colombe et attentifs comme le serpent.”, dit Jésus dans l’Évangile de Thomas. L’habit d'Ève (Marie - Mère de Dieu) est d’une multitude de nuances. On retrouve particulièrement un manteau d’un bleu céleste, un trait de robe rouge comme le sang humain, entouré de part et d’autre de jaunes ; la Vie. Vie dans laquelle baigne l'enfant. Enfant-Vie (= royal) car en relation intime et continue à son Ève-mère qui n'est autre que son éternel LUI-MÊME. Ainsi cet enfant-paix, tel l’harmonie incarnée, porte-t-il un regard à la fois lucide et doux, quoi qu’il voit, quoi qu’il advienne, un regard d’une pureté inouïe car sans jugement sur ses forces sauvages en miroir qu'il expérimente sur la Terre. Il connaît que ces forces sauvages qui provoquent, qui attaquent, qui brûlent et qui détruisent, œuvrent au néant à la mise en Lumière (en EspritAmour). Tous les petits "moi" humains sont le MOI de l'ÊTRE. Voilà notre place dans la création. Pas de paix raisonnable et fructueuse entre les hommes sans Paix Intérieure, celle que le NazaréenLumière a donné à ses disciples en disant : “ Je vous laisse la paix, je vous donne Ma Paix.” Il connaît l’être humain ; lorsque celui-ci perd son regard originel d'Enfant-Vie, il chute en dualité. En s’abîme-ant ainsi il se configure aux entités ténébreuses. Non seulement il ne se bonifie plus mais il se fait grand tort. Au mieux il se crispe, au pire il “cultive” la mort. Non seulement il goûte alors la mort mais tous les rapports humains en sont violemment perturbés. “ Connais-toi toi même et tu connaîtras l’univers et les dieux.” (Temple d’Apollon à Delphes)

Tout afficher

Pages (18)

  • Ange Connaissance Conscience Quantique Création | Esprit Photo

    ©Anne Ginetti info@photoginetti.com Qu'es-ce que l'incarnation, l'homme, la révélation, l'esprit, la beauté ? Que nous apprend le Christ par sa parole si ce n'est la recherche de la plénitude par la pratique de la sagesse. Depuis mon atelier à Durbuy, entre autres, photographies de portrait mais aussi de ciels qui évoquent. Avec ceux-ci, nous entrons de plein pied dans des processus qui touchent aussi bien le transhumanisme, Satan, l'enfer, que l'amour inconditionnel, la connaissance, la conscience, l'Ange, le mystère quantique de la création… Tout ceci se laisse découvrir sous l'onglet "Les petits livrets de l'esprit". Photo≈Graphier “Écrire avec la lumière”, par elle et en elle. Avec son côté "présence à l'instant", beau programme que la photographie! Hier en chambre noire, l’image se révélait lentement. Aujourd’hui par le jeu de mémoires de plus en plus vives, les “prises-de-vues” nous submergent, elles nous e-mangent. N’est -il pas “inhumain” de finir ainsi dévorés alors qu’au travers de cette enivrante illusion d’optique chante une harmonie qui fait sens là où on ne l'attend pas ? Quand je photographie, c’est tout en acuité, douce vigilance et gratitude. Je laisse mon champ libre pour laisser libre cours à ce que les yeux ne voient pas. Laisser se révéler le meilleur dans les manifestations éphémères, le laisser craquer, trancher, démêler nos horizons. Ravie dans l'émerveillement de ce que je vois, c'est seulement par après, en regardant cet instant ex-posé, que j'en reçois sa lumineuse écriture, sa Réalité, sa Parole. "Parole" parce qu'elle guide la petite herbe du pré à se reconnaitre épi créé habité d'EspritAmour incréé. La photographie vraie ne serait-elle pas celle qui nous révèle, qui nous rappelle à nous-mêmes ? Celle que nous ne pouvons “prendre” parce qu’elle est don à accueillir comme le plus beau cadeau de nos Cieux sur la Terre des mondes. Instantané - Composition - Évocations PhotoGraphiques Les instantanés sont proposés sur la page en silence de l'onglet Les petits livrets de l'esprit . Les compostions, les photographies plasticiennes, Les thèmes comportant une série d'images se retrouvent sous l'onglet Galerie . L'onglet Album présente des réalisations plus anciennes et/ou commerciales. Site commercial : www.photoginetti.com Les Évocations PhotoGraphiques illustrent en grande partie les pages Jésus disait, Dialogues avec l'Ange, Témoignage PhotoGraphique et La tête à l'an fer allant fer à l'enfer . Recueillies en Accor'danse aux vibrations d'un plan invisible, je suis simplement la réceptrice, la traductrice et la transmetteuse des Évocations PhotoGraphiques . Je fais d'ailleurs clairement la distinction entre une Évocation PhotoGraphique et mes autres travaux photographiques.

  • Albums | Esprit Photo

    ALBUMS ANNA avec Miw le chat un jour d'hiver AZUR ARDENNE Décoration Restaurant ALPHA ≈ Décoration Photographique d'intérieur Atelier PhotoGraphique TOUR66 ◊ ◊ Dors je le veux ! Danièle, Jean, Louise, François & Thomas Album Photos 2009-2010 Hannah 27.10.2021 Val d'Aisne ©Anne Ginetti Patinage Artistique Atelier PhotoGraphique TOUR66 La Rochette Portfolio Photos Familiales ⚜️ HELLO Atelier PhotoGraphique TOUR66 durbuy portrait photographie ciels création conscience révélation beauté RÉALISATIONS PLUS ANCIENNES - COMMERCIALES

  • Achat "Jésus disait." | Esprit Photo

    Un Bloc Photo à envoyer ! Une correspondance qui touchera votre destinataire. ​ prix tvac - hors frais de port Acheter

Tout afficher